4 février 2020 Actualités 0

En cohérence avec le plan d’action télésanté 2019-2023, plusieurs chantiers provinciaux sont en cours visant l’amélioration de l’accès aux services spécialisés. Un des axes prioritaires vise la mise en place d’un service provincial en pathologie numérique pour pallier aux différentes problématiques observées dans le contexte québécois actuel.

Au Québec, les besoins en pathologie sont croissants dans un contexte de pénurie d’effectifs. Cette réalité nécessite donc de réviser et d’améliorer les processus en place en pathologie afin d’offrir aux patients les meilleurs services possibles et de mieux répondre aux besoins évolutifs du réseau de la santé.

Actuellement, plusieurs initiatives locales ou territoriales ont été mises en place afin d’assurer une prestation de soins à distance. 21 installations du territoire desservi par le CCT CHU de Québec – Université Laval sont équipées pour la télépathologie. Un état de situation réalisé par ce CCT, confirme les avantages de son utilisation et révèle un niveau de satisfaction global élevé par rapport à plusieurs aspects de la télépathologie. L’état de situation met également en évidence une tendance généralement favorable à l’utilisation des lames numériques (pathologie numérique). D’ailleurs, le CHUM s’est doté en 2017 d’une infrastructure moderne permettant la numérisation à haut débit.

Le recours à la télésanté en pathologie permettra de multiples avantages notamment de :

  • augmenter l’accessibilité aux services d’anatomopathologie;
  • prévenir et éviter les bris de services;
  • améliorer le temps-réponse;
  • réduire l'isolement professionnel;
  • réduire les transports des usagers et des professionnels par la disponibilité de l’offre de proximité;
  • faciliter le recrutement de chirurgiens dans les régions éloignées et intermédiaires en offrant des services de proximité;

Pour ce faire, une solution technologique de pathologie numérique devra être mise en place et intégrée à la prestation des services en pathologie.

La télépathologie consiste en la pratique de l’anatomopathologie à distance par l’entremise d’un microscope ou d’un numériseur de lames dans un site primaire (établissement demandeur), d’un médium de télécommunication et d’un poste de travail pour l’anatomopathologiste au site secondaire (établissement dispensateur). Sa finalité est notamment l’établissement d’un diagnostic histopathologique ou l’obtention d’un deuxième avis médical à partir d’images envoyées entre les deux sites ou pour la formation à distance. La pathologie numérique consiste en l’évaluation de lames virtuelles résultant de la numérisation de lames d’histopathologie dans leur entièreté et avec une résolution aussi précise que le microscope.

Puisqu’il s’agit d’un projet d’informatisation d’envergure, la réalisation de celui-ci comporte plusieurs étapes se rapportant à la planification du projet ainsi que plusieurs niveaux d’approbation. À ce stade-ci, un dossier d’opportunité a été approuvé et permet ainsi de poursuivre les travaux de planification. Un avis d’intérêt est en cours de publication sur le système électronique d’appels d’offres du gouvernement du Québec (SEAO) pour connaître les solutions disponibles sur le marché. Nous vous tiendrons au courant de l’évolution du dossier dans une prochaine communication.